Présentation

Calendrier

Septembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
<< < > >>
Vendredi 27 avril 5 27 /04 /Avr 16:11

Fantasmes, au pluriel bien sûr, car il y a presque autant de fantasmes que d'individus, même si certains 247556.jpg d'entre eux sont assez récurrents. Quant aux fantasmes féminins sont-ils aussi éloignés de ceux des hommes ? C'est en tout cas une idée assez répandue mais, je n'en suis pas si sûre. Certes, les fantasmes masculins sont plus souvent visuels. Par exemple, voir une femme leur faire une fellation, voir deux femmes faire l'amour ensemble, d'ailleurs il suffit de constater l'engouement des hommes pour les films pornographiques pour être définitivement convaincu de leur capacité fantasmatique visuelle !

 

En revanche les femmes semblent plus sensibles aux odeurs, leurs fantasmes mettent en scène des odeurs, des odeurs viriles. Eh oui, j'ai eu le témoignage d'une femme qui me parlait de son fantasme dans une écurie, c'était presque l'amant de Lady Chaterley. L'homme sentait bon le mâle ! Il y a un autre fantasme qui revient souvent dans l'imaginaire féminin, c'est le fantasme de faire l'amour avec un inconnu, véritable objet qu'on peut utiliser juste pour son plaisir, que du sexuel et même pas d'amour !

 

Je pense particulièrement à Catherine qui racontait qu'elle se trouvait dans un train, regardant le paysage qui défile quand soudain, un homme qu'elle ne connaît pas et qu'elle ne voit pas mais qu'elle sent, s'approche

d'elle et la prend soudainement. Ils jouissent ensemble, il se sauve mais il reste une odeur de sperme très excitante. Vous en conviendrez, nous sommes dans une relation purement sexuelle et nous sommes bien loin de la jeune fille qui rêve du prince charmant. Cela devrait rassurer les hommes, les femmes ont besoin de leur virilité.

 

D'ailleurs cette semaine nous avons également parlé de tendresse et elles ont témoigné. En effet, si elles réclament des hommes non violents, elles peuvent se lasser d'un homme qui serait trop tendre. Ainsi les femmes fantasment toujours sur des hommes des vrais, sur qui elles peuvent compter, des hommes capables de les serrer fort dans leurs bras. Des hommes avec des muscles. Les femmes font bien la différence entre l'agressivité positive qui fait de l'homme un compagnon solide et dur, bien dur lors des câlins et de l'agressivité négative qui fait d'un homme un mec violent.

 

Et surtout, elles ne veulent pas devenir la mère de leur compagnon qui attendrait tout d'elle. Je trouve ça très encourageant car cela prouve que les rapports hommes / femmes sont possibles. La femme se libère sur le plan social et sur le plan sexuel mais sur le plan affectif, elle tient à rester une femme auprès d'un homme digne de ce nom...

 

Par Brigitte Lahaie - Publié dans : Sexualité
Ecrire un commentaire - Voir les 9 commentaires
Lundi 23 avril 1 23 /04 /Avr 16:08

227475.jpg Il m'arrive parfois de recevoir des invités sur RMC avec lesquels a priori, je ne suis pas vraiment d'accord mais cela fait partie du jeu si on veut vraiment être impartial dans un domaine aussi complexe que celui de l'amour ! Ce fut le cas avec Catherine LABORDE auteur d'un joli livre, très bien écrit mais au titre bien étrange : "La douce joie d'être trompée".

A priori, je ne vois vraiment pas quel plaisir nous pourrions retirer lorsque nous apprenons que notre partenaire a fait l'amour avec une autre femme, à moins d'être franchement masochiste. Mais, en lisant le livre de Catherine et en l'écoutant s'exprimer à la radio, certaines de ses réflexions me semblent finalement assez justes. Je vous en laisse juge : "On n'est trompé que lorsqu'on le sait", "On ne découvre pas l'infidélité par hasard", "Tromper ne doit pas être le début du processus de rupture" ou encore ma préférée : "C'est plus souvent une blessure d'amour que d'amour propre".

Voyons par exemple la première formule ! J'ai pour habitude de ne jamais poser de questions qui obligeraient mon partenaire à me mentir. Car comment peut-on imaginer qu'un homme nous répondrait franchement : "Mais oui ma chérie, je te trompe depuis quelques temps". Je préfère ne pas savoir car après tout, c'est son problème. Et c'est d'ailleurs parce que c'est son problème que l'infidèle, la plupart du temps, s'arrange pour qu'on découvre son écart. Une lettre oubliée, un lapsus...

Cela prouve bien qu'il se sent un peu coupable et que cette culpabilité devient tellement encombrante qu'il fera tout pour être découvert. Parfois même il "avouera" des années plus tard, sans nulle doute pour avoir l'absolution de sa compagne, oubliant qu'il la blesse et la fait souffrir bien plus encore. Quant à la rupture, malheureusement, les chiffres en témoignent, plus de la moitié des divorces sont dus à une infidélité de l'un ou l'autre des partenaires. Pas si facile en effet de surmonter cette épreuve, même si en effet, il s'agit souvent d'une blessure d'amour propre.

Nous aimons pour nous sentir aimé non pas par amour véritable. Quoi de plus normal alors lorsque nous découvrons que l'amour dont nous avons tant besoin a été distribué à une autre ! Pourtant, cette épreuve, le couple peut vraiment la surmonter. Faudrait-il encore pouvoir comprendre ce que signifie une infidélité. C'est le besoin, à un moment précis d'aller voir ailleurs parce que justement le couple s'est un peu sclérosé. C'est bien une histoire de couple et c'est donc bien aux deux partenaires de participer à la reconstruction.

Il y aura une difficulté pour les deux. L'un souffrira de se sentir blessé, voire même trahi, le mot n'est pas trop fort. Quant à l'autre, il devra quitter une personne dont il est parfois amoureux, puis il devra parvenir à ne pas trop s'en vouloir tout en acceptant les foudres de son partenaire. Certes, rien ne sera plus comme avant mais, ce que le couple aura perdu en idéal, il le gagnera en maturité. Bien sûr la sexualité signifie beaucoup mais elle n'est pas non plus le diamant unique de l'amour.

Bien souvent, nous avons connu d'autres partenaires avant de vivre ensemble et ils sont bel et bien oubliés, alors pourquoi celle qui est venue s'interposer entre nous devrait rester toujours présente, c'est peut-être lui donner une importance qu'elle n'a pas.

Un couple qui s'aime vraiment devrait être capable de surmonter cette épreuve car l'amour véritable se situe au niveau du cœur. Pour moi, le cœur est au niveau de l'être tandis que notre sexe est au niveau de l'avoir, de la possession. Bien sûr, rien n'est plus formidable que deux êtres qui s'aiment suffisamment et qui savent par amour, résister à toutes les tentations... 

Mais après tout, le serpent est symbole du mal mais aussi du progrès, en tout cas les initiés voient en lui le début de l'évolution.

Par Brigitte Lahaie - Publié dans : Couple
Ecrire un commentaire - Voir les 10 commentaires
Lundi 16 avril 1 16 /04 /Avr 16:06
170796.jpg Au cas où vous ne le sauriez pas, nous sommes à quelques jours des élections présidentielles et nous allons changer de président. Est-ce pour cela que les choses vont changer ? Rien n'est moins sûr, mais pour l'instant, tout le monde ou presque a envie d'y croire, il n'y a qu'à voir à quel point le public se passionne pour la campagne présidentielle. Ne croyez pas que je vais polémiquer sur le candidat ou la candidate, je vous laisse tous voter en votre âme et conscience et nous verrons bien, la France aura le président qu'elle mérite.

 

Je voudrais juste faire un parallèle entre la manière de diriger un pays et celle de diriger son couple. Je suis une adepte du Tao et l'une des règles transmises est la suivante : les lois qui régissent l'infiniment petit sont les mêmes que celles qui régissent l'infiniment grand. Ainsi, si nous ne savons pas avoir une harmonie en nous-même, il y a peu de chances qu'elle règne dans notre couple, dans notre famille. Et une société dans laquelle la paix prédomine sur le chaos est une société composée d'un nombre important de citoyens en harmonie avec eux-mêmes.

 

Je ne vais pas vous faire un discours politique, ni vous décrire ma philosophie du mieux-être. J'ai juste envie de vous décrire ce qui, pour moi, serait un couple harmonieux. Les trois valeurs fondamentales seraient : liberté, tolérance et respect.

 

La liberté, je vous entends déjà me dire : "oui mais si on est deux, on ne peut pas faire n'importe quoi". Et vous auriez raison, seulement il suffit juste de se rappeler ce concept populaire : la liberté s'arrête là où commence celles des autres. Ainsi, nous devons, pour que notre couple aille bien et dure longtemps, laisser à notre partenaire une certaine liberté d'agir. Tout comme nous pouvons réclamer qu'il nous laisse libre de faire ce que nous avons besoin de faire pour notre équilibre personnel.

 

La tolérance est nécessaire pour accepter l'autre, non pas tel que nous l'avons imaginé lors de notre rencontre, ni tel que nous aimerions qu'il soit mais bien tel qu'il est. Avec ses différences, certes parfois un peu agaçantes.

 

Quant au respect, il est un peu la clef de voûte des deux premiers concepts. Car si on aime et si on respecte notre partenaire, alors nous ne pourrons plus faire n'importe quoi. Nous serons dans l'obligation d'éviter de lui faire du mal et de le faire souffrir par un comportement immature ou égocentrique. Bref, nous saurons composer entre notre liberté et la sienne, entre nos envies et les siennes.

 

Bien sûr pour que ces trois concepts soient toujours présents, il est nécessaire de communiquer régulièrement sinon, on risque fort à un moment ou un autre de ne pas avoir envie de mettre un terme à notre mandat. De nombreux thérapeutes de couple considèrent qu'il est important, tous les trois ans environ, de faire un bilan de son couple.
Alors chacun de votre côté, vous pourriez proposer une réforme dans chaque ministère. Ministère des finances, de la santé, de l'éducation, du sport, de la défense bref, à vous de choisir les différents ministères, vous pouvez en instaurer autant que vous le désirez. N'oubliez pas le ministère de la culture et rajoutons celui des plaisirs. Car sous une forme un peu plus ludique, il vous sera sans doute plus facile de faire passer quelques principes. Par exemple, vous pouvez négocier une loi qui n'autorise pas le harcèlement sexuel après onze heures du soir, une autre qui invite à un massage par semaine, une troisième qui instaure un dîner en amoureux tous les samedis soirs, bref, vous pouvez communiquer en vous amusant sur des sujets pourtant si sérieux.  Finalement, ces trois valeurs fondamentales : liberté, tolérance et respect, si elles étaient défendues par notre futur président, il ferait peut-être bon vivre dans ce beau pays qu'est la France...
Par Brigitte Lahaie - Publié dans : Couple
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Dimanche 8 avril 7 08 /04 /Avr 16:02

146118.jpg De nombreux thérapeutes et sexologues aiment bien classer les couples en différents types. A mon tour, je vous propose sept grandes familles de couples. Sachant bien sûr que le plus souvent, il n'y a pas un seul modèle qui nous concerne, mais bien un peu de plusieurs.

Je commencerai par le couple fusionnel, évidemment en relation avec le maternel. La lune lui correspond, tout comme le stade oral. La tendresse domine mais aussi le désir de tout faire ensemble. Ces couples parlent de "leur moitié" et disent "on" ou "nous".

Ensuite, je parlerai du couple platonique, sous l'effigie de Mercure. Deux êtres qui s'aiment comme frère et sœur, complice, copain, éventuellement amants, mais jamais passionnés. Cette relation asexuée privilégie beaucoup d'intellect et peu d'intimité. C'est ce genre de couple qui s'appelle  "papa maman".

Viendra ensuite le couple narcissique. Vénus veille sur eux. On se regarde les yeux dans les yeux. Ces couples fonctionnent beaucoup en projection. Néanmoins, l'amour est profond et ils peuvent réussir lorsque la complémentarité existe. En quelque sorte, l'un éclaire la part d'ombre de l'autre et vice versa.

Puis viendra le couple sexuel. Nous sommes sous le signe de Mars, on est dans la pulsion, le "ça" des psychanalystes. Eros plus ou moins débridé. Le sexe l'emporte, mais il y a pourtant une sexualité amoureuse. Les libertins ne sont pas forcément dans cette catégorie car bien souvent la fusion est plus présente chez eux. Ce sont plutôt des couples qui pourront vivre l'amour libre.

Parlons maintenant du couple idéalisé. Le soleil règne en maître, mais le plus souvent c'est l'un qui idéalise l'autre, qui le "chosifie". C'est seulement lorsque les deux s'admirent profondément que l'on parlera d‘agapè et alors le couple s'occupera des autres en s'oubliant presque lui-même. C'est formidable mais ça peut devenir épuisant pour celui qui doit toujours être parfait !

Abordons maintenant le couple sauveur, victime. Jupiter entre en jeu. Au départ, ça marche toujours bien. Ensuite, tout dépendra de la capacité de la victime à vouloir sortir de son rôle ! Il s'agit souvent de couples de transit. N'oublions pas que l'on peut certes être le thérapeute de son partenaire, mais seulement à petite dose et il faut que l'autre nous apporte sur d'autres plans.

Je conclurai avec le couple dominé/dominant. Saturne sera leur planète. C'est peut-être l'un des modèles les plus répandus. Nous sommes dans le rapport de force, le règlement de compte, souvent d'ailleurs avec des pannes de libido ou des grèves du sexe. Le stade anal évidemment avec toujours du contrôle, celui de l'un ou de l'autre. C'est parfois très facile d'être dominé par son conjoint, du coup on est responsable de rien, dans ces jeux là, on finit par ne plus savoir qui est le dominé ou le dominant...

 

Par Brigitte Lahaie - Publié dans : Couple
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Lundi 2 avril 1 02 /04 /Avr 15:55

145899.jpg Hier, j'avais pour invité le docteur NASIO, psychanalyste de renom qui vient de sortir un livre sur le corps. Comment être bien dans son corps en quelque sorte. (Mon corps et ses images aux éditions PAYOT).

 

Or, j'ai constaté que les femmes étaient beaucoup moins à l'aise dans leur corps que les hommes et que, surtout, elles étaient beaucoup plus dépendantes du regard de l'autre. L'autre étant souvent évidemment un regard masculin. Pourtant, être à l'aise dans son corps, ce devrait être d'abord un pacte avec soi-même puisqu'il s'agit de ressentir son corps de l'intérieur. C'est sans nul doute pour ça que les yogis et tous les adeptes des sciences orientales sont, en général, mieux dans leur corps puisqu'ils ont appris à respirer profondément, à évacuer le stress, à se libérer de la dictature de la pensée qui prédomine dans notre monde occidental.

Il est vrai que chez nous, le toucher n'est pas valorisé, il est même souvent réprimandé puisqu'il s'apparente très vite à du harcèlement sexuel, voire même à des attouchements incestueux. Récemment, un financier suisse m'avait rencontrée afin de créer une sorte de "temple de l'amour" en France dans lequel les couples auraient pu venir afin d'apprendre à mieux s'aimer. J'ai du lui expliquer les difficultés que nous risquions de rencontrer. En effet, expliquer à une femme comment se toucher sans gestes qui risqueraient aussitôt d'être condamné pour attouchements excessifs s'avère une démarche impossible.

 

Mais tout ça ne nous dit toujours pas pourquoi les femmes seraient moins à l'aise dans leur corps ? Alors que justement, elles sont plus en relation avec leurs émotions. Le cœur prendrait-il ainsi le dessus sur le corps ? Il me semble que si nous séparons le corps, le cœur et la tête, on s'aperçoit très vite à quel point le cœur et la tête fonctionnent en binômes, en complices (pas toujours d'ailleurs pour notre bien) contre le corps. Ce corps qui devrait pourtant est notre meilleur allié, notre compagnon indispensable qui nous mène de la naissance à la mort.

 

Nous ne cessons de le maltraiter, de lui en demander toujours plus. Même lorsqu'il nous envoie un signal de détresse, nous continuons et il faut vraiment être mal en point pour accepter de se soigner et de rester tranquillement allongé. Notre corps est pourtant le meilleur baromètre de notre état intérieur. Il va bien quand nous allons bien et il souffre dès que nous souffrons.

 

Nous les femmes, nous devrions pourtant le savoir, nous qui enfantons. Seulement si nous sommes tributaires du regard de l'autre, c'est sans doute parce que nous n'avons pas été suffisamment admirées. Les mères, la plupart du temps, ont un regard admiratif pour leurs petits garçons, les pères sont souvent plus discrets. Ainsi, les femmes chercheront le regard désirant d'un homme pour se sentir femmes. Pourtant notre féminité est magnifique. Dans certaines cultures où la déesse femme est vénérée, curieusement les femmes vivent mieux leur ménopause, elles sont mieux dans leur peau. Je crois donc qu'il faut que la femme apprenne à vivre pour elle, à l'intérieur d'elle-même, à laisser son sexe vibrer dans son ventre.

 

D'ailleurs durant l'émission, à la question : "Messieurs, quelle est la partie de votre corps que vous aimez le moins ?" Ils ont répondu : "le ventre". Symbole féminin par excellence. Les hommes ne veulent pas ressembler à des femmes. Nous les femmes, acceptons d'être des femmes avec un corps, certes imparfait, mais qui n'a pas besoin de répondre à des critères dictés par les hommes.

Par Brigitte Lahaie - Publié dans : Femme
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Lundi 26 mars 1 26 /03 /Mars 15:47

145859.jpg Eh oui, les chiffres du divorce sont alarmants, presque un mariage sur deux se terminera par un divorce et dans les 50 % d'unions qui durent, la moitié ne seront pas épanouissantes. Les personnes restent ensemble mais ne sont pas heureuses. Ce qui fait, au final, à peine 25 % de couples heureux ! Si j'en crois les appels nombreux que je reçois de femmes et d'hommes en panne de libido, trompés, trahis, mal compris, je crains qu'en effet, ces chiffres soient exacts.

Mais alors qui sont ces couples qui durent ? Mon invité cette semaine était un sexologue canadien. Yvon DELLAIRE était de passage en France pour des conférences qui attirent de plus en plus de monde. Normal, nous avons tous envie de faire rimer amour avec toujours. Alors quels sont les secrets de ces couples qui parviennent à transformer la passion des deux ou trois premières années en un amour durable ?

J'aime bien cette expression de certains psys : " un couple pour durer doit s'aimer une seconde fois. " Au moment de la rencontre, nous avons tous plus ou moins tendance à idéaliser notre partenaire. Il ressemble au prince charmant de nos rêves ou à la princesse de nos nuits. Mais, petit à petit, même si l'amour est aveugle, le quotidien, lui, rend la vue et c'est là où il faut en effet apprendre à aimer l'autre tel qu'il est et faire le deuil de nos idéaux. Si cette désillusion est trop douloureuse, alors la rupture devient inévitable et c'est d'autant plus dramatique si le couple a déjà eu un enfant.

Pourquoi tant de personnes sont-elles incapables de passer ce cap ? Sans doute parce que nous avons du mal à devenir adulte, à accepter les frustrations, à comprendre que l'amour ne peut pas panser toutes nos blessures, n'est pas la potion magique du bonheur absolu. Mais si nous savons aimer l'autre pour ce qu'il est, c'est qu'il a forcément des qualités ou alors c'est que nous sommes vraiment masochiste ! Donc, si nous savons apprécier les qualités de notre partenaire et voir ses bons côtés, le reste aura moins d'importance. Nous saurons positiver et profiter des bons moments. Car après tout, c'est tout de même plus sympathique d'être deux pour vivre.

Ainsi, la relation aura des chances de se construire. Chacun restant soi-même. Il n'y aura pas des rapports de force permanents avec l'un qui dicte ses conditions à l'autre qui se soumet mais deux adultes qui avancent ensemble presque dans la même direction. Bien sûr il y aura parfois des divergences mais elles ne seront pas ressenties contre nous mais pour lui. Nous évoluerons en grandissant puisque nous accepterons nos différences.

Parfois certains couples durent dans des relations de pouvoir ou de fusion extrême mais ceux-là sont moins solides qu'ils n'en ont l'air et d'ailleurs ce n'est pas ces couples là qui nous font envient. En revanche, les couples qui se respectent, qui positivent, qui continuent à se séduire, qui partagent une intimité sexuelle, psychique et d'autres moments. Ceux-là forcent l'admiration mais nous pouvons tous faire rimer amour avec positif.  

Par Brigitte Lahaie - Publié dans : Couple
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mardi 20 mars 2 20 /03 /Mars 16:14

123875.jpg Je suis heureuse de participer à cette belle aventure de Plurielles. Et surtout pour m’occuper de la rubrique Amours.

Les amours, non l’amour, je préfère le conjuguer au singulier même si la plupart du temps il faut être plusieurs pour le vivre.

Justement, l'amour, est-ce indispensable pour vivre ? Bien sûr, puisqu’on peut mourir d’amour !

Aimer ou être aimé, c’est en tout cas le meilleur moyen de se sentir en vie. D’ailleurs, dès notre naissance, nous avons besoin d’amour. Pourquoi certains sont plus doués que d’autres pour réussir leur vie affective ? Et bien, grâce à plurielles, nous allons le comprendre ensemble.

Je voudrai juste vous dire qu’en cette époque de consommation, l’amour n’a pas de prix, mais une vraie valeur...


Par Brigitte Lahaie
Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus